Nouvelles

Des textes des dessins à soi qu'on a envie de partager
Avatar du membre
Perceval
Arquen Arcadia
Messages : 1488
Enregistré le : Mer 16 Sep 2015 18:18
En ligne/Hors ligne : Hors ligne
Localisation : DCD//MJ
pv : 55
pm : 20
caracteristiques : C: 50
T: 20
D: 40
I:40
competences : Arts Noirs
Baratin
Coup Précis
Coup Sournois
Crochetage
Dague +5
Evasion
capacites : Charme Elfique +10 I
Habileté Elfique +3 D
Nyctalopie
Ouïe Fine
equipements : Dague
2 Dagues AG
Stylet +3 C
Cape noire avec capuche
Corne d'écoute
Gourde
Grappin avec corde de 25 toises
Pince
Diamant
Pince de dentiste
Lot de scalpels de tailles multiples
Pointe à dessertir
Outils de crochetage améliorés ( +5 D)
Masque à gaz
Boules soporifiques
Race : Elfe
Classes : Roublard

Nouvelles

Messagepar Perceval » Lun 21 Mar 2016 18:39

Je partage ici quelques nouvelles écrite il y a des années, pour ceux que ça intéresse.

"Pour la Gloire"

Tout commença par un beau matin de mai 1804, à Boulogne-sur-Mer, dans le camp abritant l'armée consulaire (mais bientôt impériale). C'était un de ces matins radieux qui fleurent bon le printemps. Le capitaine Aubry, officier de chasseurs à cheval, était occupé à faire sa toilette et plus particulièrement à se raser face à un petit miroir de Venis qu'il emportait toujours en campagne et qu'il avait fixé au poteau de sa tente. Il portait l'habit vert à parements bleus de son régiment et, tout en rasant sa barbe, il contemplait sa superbe moustache. Il perçut alors des éclats de voix et des rires venant d'une tente voisine, occupée par ses hommes. Intrigué, il expédia le reste de sa toilette et les rejoignit. Après s'être fait saluer, il s'enquit auprès d'eux de la raison de tout ce bruit. Choinet, un brigadier qu'il affectionait et dont il raillait souvent la crédulité, lui expliqua alors que des gens lui avaient raconté que si on se trouvait seul et à minuit dans le cimetière à la sortie de la ville on pouvait croiser le diable qui vous offrait ce que vous désiriez le plus en échange de votre âme. Aubry n'y crut pas du tout et se moqua du pauvre Choinet, lui disant que ces paysans avaient voulu lui faire peur et qu'ils devaient bien rire maintenant. Excédé de tant de moqueries, Choinet le mit au défi de se rendre seul à minuit au cimetière. Dans l'excitation du moment Aubry accepta le défi, grave erreur qu'il devait payer très cher. Vers 23 heures notre capitaine se rendit donc au cimetière, affichant la plus grande tranquilité aux yeux de ses hommes. Une fois seul il commença à se rembrunir, on avait beau être en mai les nuits étaient encore fraîches et il se reprocha de ne pas avoir emporté de couverture. Le temps passait et il se mit à trembler, sûrement de froid, mais, peut-être, un peu, aussi de peur. Cette peur qui montait et qui saisit tout humain, même le plus incrédule, à l'approche d'une possible rencontre avec le diable. La demie venait de sonner au clocher du coin, plus que trente minutes d'attente. Mais l'angoisse montait et il commençait à être pris de sueurs froides. Le temps passait, certes, mais de plus en plus lentement et il n'avait aucune idée de l'heure précise car il avait oublié sa montre. Le seul repère pour lui était la cloche qui sonnait tous les quarts d'heure. Minuit moins quart venaient précisément de sonner, lui redonnant un peu d'espoir sur le coup car il se dit que c'était bientôt fini. Seulement désormais la terreur le terrassait et lui qui jusque là avait marché de long en large dans les allées du cimetière, pour se réchauffer autant que pour tuer le temps, restait désormais pétrifié et blafard auprès de la petite chapelle occupant le centre du cimetière. Il était tout tremblant et réagissait au moindre craquement, brandissant son sabre à la tête de la moindre chouette ou chauve souris qui passait. Il regrettait sa stupide témérité et il se dit qu'il pouvait rentrer en arguant être resté jusqu'au bout et n'avoir rien vu, les autres le croiraient sûrement et en tout cas le cauchemard cesserait. Au début son esprit s'acharna à s'opposer à cette idée qui était contraire à son sens de l'honneur. Mais peu à peu, elle s'imposa à lui tant il était terrifié. Il rassembla donc le peu de volonté qu'il lui restait pour se lever et avança d'un pas lent et hésitant vers la sortie quand un vacarme infernal se fit entendre, déchirant l'air et semant la panique dans son esprit. Il s'élança alors en courant à travers le dédale des allées, semblant déjà percevoir le souffle chaud de l'enfer dans son dos. Il courait si vite qu'il ne voyait rien, fonçant à travers tout, hurlant en rencontrant un lierre qui lui fouetta le visage et puis son pied butta contre une racine et il s'étala de tout son long contre une pierre tombale qui l'assoma. Quelques instants plus tard, ou peut-être quelques heures,il n'en savait rien, il reprit conscience. Il n'avait plus froid du tout et était perclu de douleur. Il resta ainsi, couché, pour que la douleur se calme et pour faire le point sur ce qui s'était passé. Péniblement il se remémora sa folle course et la raison qui l'avait provoquée. C'est alors qu'il réalisa que le bruit qui avait suscité cette panique n'était en fait que la cloche de l'église qui sonnait minuit. Ainsi l'heure fatidique était passée et il n'avait plus rien à craindre. Il se releva et voulut aller vers la sortie quand il aperçut, tranquilement assis sur le monument funéraire qui l'avait assomé, le diable. Aussitôt sa terreur revint, plus forte que jamais, en même temps qu'une sainte horreur accompagnée de dégout glaçait son échine. Il en était là quand la chose s'adressa à lui, promettant d'exaucer son souhait en échange de son âme. Aubry demanda s'il pouvait sortir du cimetière, l'autre répondit que oui, à condition d'accepter le marché. Aubry était coincé, il n'avait d'autre choix que d'accepter. Aussi il demanda que l'armée avec laquelle il était se couvre de gloire. Le diable opinat. C'est alors qu'Aubry se réveilla, ce n'était qu'un horrible cauchemard, provoqué sans doute par la panique qui s'était emparée de lui. Il se releva en riant de sa sottise et d'avoir failli croire aux élucubrations de Choinet. Il quitta enfin ce lieu maudit, se jurant bien tout de même de ne plus jamais mettre les pieds dans un cimetière. Sorti, il commençait à se remettre de ses émotions quand il entendit un cri suraigu qui fit battre son coer à une vitesse folle et le figea sur place. Et soudain, sans qu'il s'y attende, une masse lui tomba dans les cheveux. Ce n'était qu'un hiboux mais c'était un choc de trop pour son pauvre coeur déjà fatigué d'une soirée si mouvementée, il fit une crise cardiaque et mourut là. L'armée avec laquelle il était se couvrirait de gloire un peu plus tard, le 2 décembre 1805 à Austerlitz, mais sans lui. Au fait, saviez vous que, dans les campagnes, à l'époque, le hibou était souvent considéré comme un animal du diable?



Avatar du membre
Mira
Ërù Arcadia
Messages : 786
Enregistré le : Mer 9 Sep 2015 16:00
En ligne/Hors ligne : Hors ligne
Localisation : Elwen
pv : 55
pm : 20
caracteristiques : CC 30
T 30
D 40
I 40

PE non utilisé + 1
competences : Discrétion +4,Diversion,Poignard +2,Embrouillement,Attaque sournoise,Crocs en jambe,Esquive +2,Ambidextrie+1,Equilibre,Chute sans danger
capacites : Avantage du cambrioleur(découverte de piège et trésors)
Vol a la tire
equipements : Trousse de crochetage
Sac
2 dagues
une bourse avec 3850 po +une bourse avec 200 PO+une bourse avec 500 PO+ un sac avec des pépites d'or(3000 PO)
Une poêle enchantée
Une galette perpétuelle
Un orbe soleil (800 lumens)
une dague voltout dégats 1d6
une bague béjola +5D
Race : Félis
Classes : Roublard
Participant x 1
Zodiaque : Balance

Re: Nouvelles

Messagepar Mira » Dim 3 Avr 2016 08:10

Brrrrr heureusement que j'ai lu ta nouvelle ce matin sinon j'en aurai fit de sacré cauchemards...... ;)
" Imaginer, c'est choisir "jean Giono
Image

Avatar du membre
Perceval
Arquen Arcadia
Messages : 1488
Enregistré le : Mer 16 Sep 2015 18:18
En ligne/Hors ligne : Hors ligne
Localisation : DCD//MJ
pv : 55
pm : 20
caracteristiques : C: 50
T: 20
D: 40
I:40
competences : Arts Noirs
Baratin
Coup Précis
Coup Sournois
Crochetage
Dague +5
Evasion
capacites : Charme Elfique +10 I
Habileté Elfique +3 D
Nyctalopie
Ouïe Fine
equipements : Dague
2 Dagues AG
Stylet +3 C
Cape noire avec capuche
Corne d'écoute
Gourde
Grappin avec corde de 25 toises
Pince
Diamant
Pince de dentiste
Lot de scalpels de tailles multiples
Pointe à dessertir
Outils de crochetage améliorés ( +5 D)
Masque à gaz
Boules soporifiques
Race : Elfe
Classes : Roublard

Re: Nouvelles

Messagepar Perceval » Dim 3 Avr 2016 19:15

Très naïve, écrite il y a longtemps, je crois que j'avais 9 ans, cette nouvelle a un esprit très patriotique et vu les attentats qui sévissent ces temps ci je la livre, même si elle est de piètre qualité:

"Sombre histoire"

Une nuit de décembre 1804, alors que tout le monde dormait dans le camp de Boulogne, un crit survint, fendant l'air de sa voix déchirante. Très vite des soldats sortirent des tentes l'arme à la main, prêts à tout sauf à cela: un homme avait été assassiné. En effet dans une des allées de la partie ouest du camp gisait le cadavre d'un soldat du quatrième régiment d'infanterie de ligne, éventré. Les hommes l'entourèrent stupéfaits, ne pouvant croire à pareil acte dans un tel endroit. Un officier les ramena à la discipline, les obligeant à retourner dans leurs tentes. Il fit prévenir la gendarmerie par une estafette. Bientôt arriva un brigadier responsable de la police à Boulogne et donc en charge de l'affaire. Il ne payait pas de mine: à moitié endormi, l'air hagard et mal peigné. Il arborait fièrement une moustache qui avait tout du balais à brosse sans manche. Il examina brièvement la scène du crime et le corps puis constatant qu'il ne pouvait rien faire à une heure aussi tardive, il fit enlever le corps et rentra chez lui, promettant de revenir le lendemain.
Et effectivement, le lendemain vers huit heure, le brigadier revint. Il avait déjà l'air plus sérieux, il s'était coiffé et semblait sur de lui. Au capitaine Aubry, responsable de cette partie du camp et ami de la victime, il déclara s'appeler Choinet, puis réclama qu'on l'escorte sur les lieux du crime. Il examina longuement la scène puis avisant des bouts de verre brisé il s'exclama, triomphant, et dit avoir résolu l'affaire. Selon lui la victime était saôule quand des brigands l'attaquèerent et la tuèrent. Aubry eut beau lui faire remarquer que le camp était très bien gardé, donc sans brigand, que la victime, bien connue de lui s'appellait Fliquot et ne buvait jamais, le brigadier ne voulut rien entendre. Il retourna donc à Boulogne pour faire son rapport. Aubry, lui, restait perplexe. Il revint sur les lieux du crime, se triturant la tête pour savoir qui avait tué son ami et pourquoi. Ne trouvant rien il rentra à sa tente non loin de là. En chemin il avisa par terre un bout de papier. Tout de suite il reconnut l'écriture, c'était celle de Fliquot; sa bonne vieille écriture large et tourmentée lui fit remonter un flot d'émotion qu'il eut beaucoup de mal à maîtriser. Y étant finallement parvenu il se mit à lire la lettre et ce qu'il lut le stupéfia. Fliquot disait avoir découvert un espion dans le camp et ne pouvoir lui en dire plus par écrit et surtout sans preuve. Aubry était abasourdi. Un espion, ici? A Boulogne, au milieu de l'armée impériale? Cela semblait inconcevable! Aubry avait peine à le croire mais il s'y résigna: il connaissait son ami et celui-ci ne se trompait jamais quand il s'agissait de voir le mal chez les gens. L'affaire était évidente maintenant. Fliquot avait trouvé quelque chose et venait le lui rapporter quand la mort l'avait saisi par le biais de la lame glacée d'un homme qui n'était pas seulement un meurtrier, mais pire, un traître à sa patrie! Dès lors il était sur de son devoir: il devait trouver et confondre le coupable. Mais comment faire? Il décida d'aller fouiller la tente de son ami. Une fois sur place il ne trouva pas grand chose, des vieux papiers, des lettres à sa famille, une pipe en écume de mer et quelques louis d'or. Il lisait distraitement les lettres quand un passage le fit réagir. Fliquot y parlait de son compagnon de tente, un certain Schmitt, d'origine autrichienne. Aussitôt l'esprit d'Aubry fut traversé par un éclair: Bien sur c'était Schmitt l'espion! Mais en même temps que cet éclair lui traversait l'esprit, un autre éclair, d'acier celui là, lui trancha la gorge, le tuant sans même qu'il put crier. C'était le sabre de Schmitt qui venait de rentrer dans la tente, et voyant Aubry fouiller les papiers de Fliquot il comprit tout de suite qu'il était découvert et décida de couper court.
Aussitôt après il s'enfuit, emportant ses précieux rapports sur les forces françaises. Il parvint à passer la garde à l'entrée du camp sans se faire voir et partit vers Cherbourg où un navire de commerce russe l'attendait. Vers onze heure du soir il était proche de son but quand des brigands sortirent du bois et l'assaillirent. Il se battit comme un diable, en tuant un avec son pistolet et deux autres de son sabre. Ils battirent en retraite, mais en partant l'un d'eux tira un coup de pistolet qui atteignit l'infâme à l'estomac. Il s'appuya contre un arbre pour reprendre des forces et ne put opposer presque aucune résistance aux loups, attirés par l'odeur du sang. Ceux-ci étaient occupés à le dévorer quand les brigands revinrent et saisirent tout ce qu'il avait: son pistolet, son sabre, quelques pièces et une liasse de papier qu'ils brulèrent pour se chauffer, aucun d'eux ne sachant lire. Ainsi fut sauvée la France, grâce à deux braves qui débusquèrent un espion, le foràant à fuir, puis à une troupe de brigands et une meute de loup qui achevèrent le travail. En France chaque être se bat pour la Liberté, même sans le savoir.

Avatar du membre
Mira
Ërù Arcadia
Messages : 786
Enregistré le : Mer 9 Sep 2015 16:00
En ligne/Hors ligne : Hors ligne
Localisation : Elwen
pv : 55
pm : 20
caracteristiques : CC 30
T 30
D 40
I 40

PE non utilisé + 1
competences : Discrétion +4,Diversion,Poignard +2,Embrouillement,Attaque sournoise,Crocs en jambe,Esquive +2,Ambidextrie+1,Equilibre,Chute sans danger
capacites : Avantage du cambrioleur(découverte de piège et trésors)
Vol a la tire
equipements : Trousse de crochetage
Sac
2 dagues
une bourse avec 3850 po +une bourse avec 200 PO+une bourse avec 500 PO+ un sac avec des pépites d'or(3000 PO)
Une poêle enchantée
Une galette perpétuelle
Un orbe soleil (800 lumens)
une dague voltout dégats 1d6
une bague béjola +5D
Race : Félis
Classes : Roublard
Participant x 1
Zodiaque : Balance

Re: Nouvelles

Messagepar Mira » Lun 4 Avr 2016 14:13

oui c'est vrai beaucoup d'entre nous descendent de révolutionnaires et ils en ont encore l'âme .
" Imaginer, c'est choisir "jean Giono
Image

Avatar du membre
Perceval
Arquen Arcadia
Messages : 1488
Enregistré le : Mer 16 Sep 2015 18:18
En ligne/Hors ligne : Hors ligne
Localisation : DCD//MJ
pv : 55
pm : 20
caracteristiques : C: 50
T: 20
D: 40
I:40
competences : Arts Noirs
Baratin
Coup Précis
Coup Sournois
Crochetage
Dague +5
Evasion
capacites : Charme Elfique +10 I
Habileté Elfique +3 D
Nyctalopie
Ouïe Fine
equipements : Dague
2 Dagues AG
Stylet +3 C
Cape noire avec capuche
Corne d'écoute
Gourde
Grappin avec corde de 25 toises
Pince
Diamant
Pince de dentiste
Lot de scalpels de tailles multiples
Pointe à dessertir
Outils de crochetage améliorés ( +5 D)
Masque à gaz
Boules soporifiques
Race : Elfe
Classes : Roublard

Re: Nouvelles

Messagepar Perceval » Lun 4 Avr 2016 17:47

Sachant que j'ai écrit ce texte alors que j'appartiens à une des plus anciennes familles d'europe^^ Mais bon, je n'ai personnelement jamais considéré liberté et aristocratie comme inconciliables

Avatar du membre
Perceval
Arquen Arcadia
Messages : 1488
Enregistré le : Mer 16 Sep 2015 18:18
En ligne/Hors ligne : Hors ligne
Localisation : DCD//MJ
pv : 55
pm : 20
caracteristiques : C: 50
T: 20
D: 40
I:40
competences : Arts Noirs
Baratin
Coup Précis
Coup Sournois
Crochetage
Dague +5
Evasion
capacites : Charme Elfique +10 I
Habileté Elfique +3 D
Nyctalopie
Ouïe Fine
equipements : Dague
2 Dagues AG
Stylet +3 C
Cape noire avec capuche
Corne d'écoute
Gourde
Grappin avec corde de 25 toises
Pince
Diamant
Pince de dentiste
Lot de scalpels de tailles multiples
Pointe à dessertir
Outils de crochetage améliorés ( +5 D)
Masque à gaz
Boules soporifiques
Race : Elfe
Classes : Roublard

Re: Nouvelles

Messagepar Perceval » Mar 19 Juil 2016 12:58

Le passage à gué (écrit le 5 avril 2014, revu le 20 du même mois)

1809, un peu après la bataille d'Aspern-Essling, la cavalerie légère est envoyée pour faire de la reconnaissance et trouver un point de passage qui permette à la Grande Armée de traverser le fleuve et livrer aux autrichiens le coup décisif. Un détachement de hussards, sous les ordres du capitaine Aubry, avançait sous le couvert des forêts qui longent le fleuve. Ils profitaient de la fraîcheur des sous-bois alors que, été oblige, il faisait assez chaud. Aubry à la tête de la colonne, progressait calmement lorsqu'il fut obligé d'aller vers l'arrière d'où s'échappaient des cris. Sitôt arrivé il constate qu'il s'agit une fois de plus des brigadiers Desvernois et Marbot qui alterquaient pour savoir lequel était le plus brave des deux. Après leur avoir signifié une sanction et avant de les séparer, il affirma que cela ne leur servait à rien de se disputer à ce sujet, car de toute façon le plus brave c'était lui. Etant donné qu'il était leur supérieur, nos deux compères n'osèrent rien dire, mais n'en pensèrent pas moins. Aubry était un vrai Matamore, connu comme tel et raillé dans toute la cavalerie. L'incident clos, la marche repris, en silence, comme il se doit. A un moment, Flicquot, le clairon du régiment, interpelle le capitaine et lui montre ce qui ressemble à un gué, un peu plus loin. En s'approchant ils s'aperçoivent que la traversée ne sera pas si facile qu'ils l'auraient souhaité, le courant étant assez rapide. Aubry, prudent, envoie d'abord un seul cavalier tester le passage. Celui ci traverse et sitôt parvenu de l'autre côté, leur fait savoir qu'ils peuvent y aller mais doucement car le fond est parsemé de pierres glissantes, dont certaines affleuraient d'ailleurs. Ils traversent et se retrouvent de l'autre côté. Certains veulent déjà rentrer pour signaler le passage au reste de l'armée mais Aubry veut d'abord procéder à une reconnaissance des environs pour s'assurer qu'il n'y a pas de guet-apens. Ils avancent donc, en colonne par cinq, Aubry en tête. Ils n'ont pas fait un kilomètre qu'ils entendent soudain, venant de la forêt sur leur droite, des hurlements. Ce sont les redoutables uhlans autrichiens qui s'étaient postés en embuscade et les chargeaient de flanc. Sans hésiter, les hussards tournent bride et lancent la charge. La vitesse cumulée des deux groupes de cavaliers est énorme. Le choc est effroyable. Les longues lances des autrichiens dévastent les premiers rangs de hussards. Mais sitôt le choc initial passé, les hussards reprennent l'avantage grâce à la maniabilité de leur sabre au corps à corps comparé à celle de la lance. Au bout d'une vingtaine de minutes de combat, les quelques uhlans restants s'enfuient, laissant un terrain jonché de cadavres des deux camps. Chez les français on a perdu le quart de l'effectif, surtout dans la première minute du combat, notamment Fliquot, qui a sonné la charge pour la dernière fois. Les français reforment et Desvernois va trouver Marbot triomphant et criant qu'il en avait eu quatre. "Pécadille, lui répond Marbot, moi j'en ai eu sept". "C'est faux!" s'exclame Desvernois. Le ton monte rapidement et ils manquent d'un peu d'en venir aux mains quand ils se rendent compte qu'il y a quelque chose d'anormal. Personne ne vient les séparer. Où est passé Aubry? Ils regardent parmi les hommes présents et ne le trouvent pas. Ils cherchent alors dans les cadavres mais il n'y est pas non plus. Ils se mettent alors tous ensemble à sa recherche dans les environs pendant près d'une heure avant de devoir renoncer. En effet ils devaient prévenir l'armée au plus vite pour qu'elle traverse, les autrichiens rescapés allant sûrement donner l'alerte. En avançant, au petit trot, tous se demandent ce qui a bien pu arriver à leur capitaine. Une fois arrivés au gué ils furent assez surpris en voyant une grosse masse flotter à quelques mètres de là, retenue par une grosse pierre affleurante. On choisit un bon nageur qui va l'examiner, non sans peine tant le courant est fort. Il y parvient cependant et découvre qu'il s'agit du cadavre de leur chef. Ils comprennent alors ce qui s'est passé: Lorsque les uhlans ont chargé, Aubry a eu peur et s'est enfui, dans le feu de l'action personne ne s'en était rendu compte. Il était revenu à bride abattue pour se mettre à l'abri de l'autre côté du fleuve mais arrivé au milieu du gué, son cheval, allant beaucoup trop vite, avait glissé sur une pierre, Aubry était tombé et s'état fracassé le crâne sur cette même pierre. Ils rentrèrent aussi vite qu'ils purent et prévinrent l'armée qui, grâce à leur découverte, put franchir le Danube, permettant la victoire de Wagram peu après, qui mit fin à la campagne. Dans leurs rapports, Desvernois et Marbot marquèrent qu'Aubry était mort en plein combat, qu'il avait tué à lui seul onze homme, soit autant qu'eux deux réunis, avant d'être lâchement tué par derrière. Pourquoi ont-ils fait cela? Car dire la vérité serait revenu à déshonorer le régiment, et ça, pour un hussard, c'est inadmissible.

Avatar du membre
Perceval
Arquen Arcadia
Messages : 1488
Enregistré le : Mer 16 Sep 2015 18:18
En ligne/Hors ligne : Hors ligne
Localisation : DCD//MJ
pv : 55
pm : 20
caracteristiques : C: 50
T: 20
D: 40
I:40
competences : Arts Noirs
Baratin
Coup Précis
Coup Sournois
Crochetage
Dague +5
Evasion
capacites : Charme Elfique +10 I
Habileté Elfique +3 D
Nyctalopie
Ouïe Fine
equipements : Dague
2 Dagues AG
Stylet +3 C
Cape noire avec capuche
Corne d'écoute
Gourde
Grappin avec corde de 25 toises
Pince
Diamant
Pince de dentiste
Lot de scalpels de tailles multiples
Pointe à dessertir
Outils de crochetage améliorés ( +5 D)
Masque à gaz
Boules soporifiques
Race : Elfe
Classes : Roublard

Re: Nouvelles

Messagepar Perceval » Lun 22 Aoû 2016 21:01

Le crime parfait

Assis sur son lit, un homme médite sur un crime atroce, un meurtre. Il veut tuer la personne qu'il hait le plus au monde, dont la vie lui est insupportable autant que la vue. Il réfléchit au moyen de perpétrer son forfait. Le plus efficace ce serait une arme bien sur, mais où trouver une arme et des munitions? Il abandonne l'idée. Du poison? Oui, mais...Si ça rate? Pareil avec une arme blanche, le succès n'est pas assuré. Or notre homme a besoin d'être sur de son fait, ou il ne restera pas impuni. Il passe en revue différents moyens dont certains qu'il abandonne aussitôt comme la défenestration, si quelqu'un voyait cela, c'en serait fait de lui. Enfin il trouve son idée. Plus il y pense, plus il est convaincu que c'est la bonne, avec ça aucune chance que la victime s'en sorte, ni que la justice punisse le meurtrier qu'il sera bientôt. Il se lève, va dans son garage et prend un cable de remorquage, en acier tressé. Il remonte à sa chambre, s'habille et sort. Il rejoint un cabanon près des bois, appartenant à la victime, qui n'est jamais fermé à clef. Il y entre et regarde au plafond, une poutre s'y trouve, il lance le cable et fait un nœud coulant. Il se suspend au cable pour vérifier la solidité de l'ensemble, ça tient. Il s'assied dans un coin, il tremble, il boit de l'alcool pour se donner du courage. Enfin la victime est là, il se lève et oblige la pauvre et innocente victime à monter sur un tabouret,, elle se débat, elle voudrait vivre. Le meurtrier passe la corde autour du cou de sa victime. Celle-ci résiste, mais la volonté du tueur est plus forte que l'instinct de survie de la victime. Rassemblant toutes ses forces il donne du pied dans le tabouret qui vole au loin. Le corps tombe, un bruit sec se fait entendre, la nuque s'est brisée. Enfin la victime est morte, la crainte du meurtrier apaisée, les deux esprits se retrouvent et se réconcilient dans ce corps qui se balance lentement. La justice n'aura rien à dire, elle ne pourra accuser le meurtrier, car il a réalisé le crime parfait: un suicide.



(Nouvelle inspirée du "Dormeur du Val")

Avatar du membre
Mira
Ërù Arcadia
Messages : 786
Enregistré le : Mer 9 Sep 2015 16:00
En ligne/Hors ligne : Hors ligne
Localisation : Elwen
pv : 55
pm : 20
caracteristiques : CC 30
T 30
D 40
I 40

PE non utilisé + 1
competences : Discrétion +4,Diversion,Poignard +2,Embrouillement,Attaque sournoise,Crocs en jambe,Esquive +2,Ambidextrie+1,Equilibre,Chute sans danger
capacites : Avantage du cambrioleur(découverte de piège et trésors)
Vol a la tire
equipements : Trousse de crochetage
Sac
2 dagues
une bourse avec 3850 po +une bourse avec 200 PO+une bourse avec 500 PO+ un sac avec des pépites d'or(3000 PO)
Une poêle enchantée
Une galette perpétuelle
Un orbe soleil (800 lumens)
une dague voltout dégats 1d6
une bague béjola +5D
Race : Félis
Classes : Roublard
Participant x 1
Zodiaque : Balance

Re: Nouvelles

Messagepar Mira » Mar 23 Aoû 2016 15:03

pour contrer le malaise que tes textes me font j'ai décider de rafraichir l'ambiance.

De Norma Klein :

Quand je sortirai d'ici, j'essaierai peut être d'écrire de nouveau poèmes.j'aimerais bien si je peux,je ne suis pas très douée.Je n'ai écrit qu'une ou deux fois des vers qui me plaisent,mais j'aime ça quand même,j'aime essayer de traduire dans un poème ce que je ressens.J'ai énormément de respect pour des gens comme Bob Dylan et Léonard Cohen qui écrivent de si belles chansons.Quand j'étais au lycée,j'écrivais des poèmes et des chansons que j'aimais beaucoup.Je vais peut être m'y mettre de nouveau.M'acheter un beau cahier tout neuf. ce que j'aimerais,c'est avoir une jolie écriture;la mienne est vraiment moche,illisible.Nous avions un professeur en classe qui pouvait écrire de façon admirable,avec des plumes et des pinceaux spéciaux.j'aurais bien voulu qu'elle m'apprenne.....
" Imaginer, c'est choisir "jean Giono
Image

Avatar du membre
Perceval
Arquen Arcadia
Messages : 1488
Enregistré le : Mer 16 Sep 2015 18:18
En ligne/Hors ligne : Hors ligne
Localisation : DCD//MJ
pv : 55
pm : 20
caracteristiques : C: 50
T: 20
D: 40
I:40
competences : Arts Noirs
Baratin
Coup Précis
Coup Sournois
Crochetage
Dague +5
Evasion
capacites : Charme Elfique +10 I
Habileté Elfique +3 D
Nyctalopie
Ouïe Fine
equipements : Dague
2 Dagues AG
Stylet +3 C
Cape noire avec capuche
Corne d'écoute
Gourde
Grappin avec corde de 25 toises
Pince
Diamant
Pince de dentiste
Lot de scalpels de tailles multiples
Pointe à dessertir
Outils de crochetage améliorés ( +5 D)
Masque à gaz
Boules soporifiques
Race : Elfe
Classes : Roublard

Re: Nouvelles

Messagepar Perceval » Mar 23 Aoû 2016 17:46

Arf, si mes nouvelles sont parfois un peu oppressante c'est parce que j'aime ce style, mais si tu veux du plus léger va voir le cycle de poèmes que j'ai posté dans les poésies, et amuse toi à faire des hypothèse sur les sens cachés et double sens, j'en ai foutu plein exprès dedans pour que les gens puissent s'amuser à chercher ;)


Retourner vers « Créations personnelles »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron

Fashion Roll, l'illumination de votre roller by Proto vous propose des roues de roller à led, lacets à led... rendez vous sur le site https://www.fashionroll.fr