Journal d'un dirigeant

La cité des démons et des elfes noirs, à la pensée légèrement xénophobe. Elle se déclare indépendante du royaume.
Avatar du membre
Daemon
Arquen Arcadia
Messages : 1441
Enregistré le : Mar 8 Sep 2015 19:13
En ligne/Hors ligne : Hors ligne
Localisation : Raukarth
pv : 81
pm : 350+55
caracteristiques : C: 71+5
T: 20
D: 50
I: 80
competences : -Maîtrise arme à 1 main : épée courte/sabre +10C
-Maîtrise arme à 1 main : Épée longue C
-Maîtrise arme à allonge : Trident +10C
-Maîtrise arme de guerre : Hache C
-Parade +10 C
-Coup puissant +10 C
-Maître d'Arme (+10C/T)
-Combat à mains nues C
-Natation C
-Charge C
-Port d'armure de plate
-Tir à l'arc T
-Esquive +10 D
-Monte D
-Pyrotechnie +6 I
-Commandement +10I (un suivant PNJ/1 familier)
-Raukarthien (lire/écrire)
-Langue Araignée I
capacites : -Ouïe d'elfe
-Vue d'aigle
-Résistance aux intrusions psychiques
-Lèche flammes I 30DGs+5/tr
-Réverbération de la chaleur -30DGs
-Tatouage avant bras gauche +5C
-Torche humaine protection 6DGs +5DGs/tour Daemon
equipements : Drepart 3d6+9, sceptre de Raukarth +50 PM

2 pierres chromatiques (rouge et noire) +2CTDI +4 dégâts -2 dégâts subis, pendentif onyx -1 dégât subi, bague bejofa +5D, karkion +5I, ceinture de Haute Vertue +5I, bracelets de protections 20 structure / encaissement 5 dégâts, respirateur aquatique (boucle de nez), Anneau de protection +6, anneau de dégâts +2, anneau de magna +5
bottes en peau de dragon (-9 dgs de feu), pendentif de sorts, pendentif de la Succession,

matériel d'aventuriers
Armure de cuir rouge

Balise Gargouille
Race : Elfe
Classes : Guerrier
Participant x 1

Journal d'un dirigeant

Messagepar Daemon » Ven 11 Sep 2015 13:32

----14 Sülaurë 770 :

Du haut du balcon de mon palais donnant sur la ville, je contemplais les bâtisses en me remémorant tout ce que j'avais accomplit ces derniers temps, depuis mon ascension au trône princier.

L'une des premières actions que j'ai mené fut la réorganisation de la garde. La ville était mal famée, et la garde plus un repaire de brigands qu'autre chose. Le commandant de l'époque, Zeesh, était un gros naga violent et désordonné. Bon guerrier apparemment...Je n'eût guère l'occasion de le découvrir. Son côté magouilleur lui attira mes foudres, d'autant que même ses hommes, MA garde, s'opposait à moi. Après avoir mis à mort un garde naga qui refusait absolument que je traverse une rue, je m'en suis allé déchoir Zeesh de son grade. Hélas, il avait déjà fuit. Qu'importe, un membre de ma garde personnelle se porta volontaire pour récupérer le titre de Commandant, et je le lui accordait. D'autant qu'il semblait mener les hommes à la baguette. Dès lors, le taux d'infamie en ville commença à diminuer fortement. On n'avait plus à craindre le racket de la garde, on pouvait à nouveau se promener dans les rues, discuter, commercer. Une première bonne action pour m'attirer les faveurs du peuple.
Parallèlement à cela, je me débarrassais du Conseiller des Princes, qui n'avait rien d'un Conseiller et qui faisait un peu ce qui lui chantait, sans même chercher à savoir si j'étais pour ou contre. Il prit la fuite et on ne le revit plus jusqu'alors.

Par la suite, je décidai de changer la monnaie. Les pierres précieuses, semi-précieuses ou simplement "les beaux cailloux" ne convenaient pas du tout. Trop de sortes de pierres, pas assez de pierres. Je décidais, sur les conseils d'un homme qui me sembla un expert en économie, d'adopter l'or comme monnaie en vigueur. Si au début, cela ne fit ni chaud, ni froid, bien vite, avec le change des pierres contre l'or, la richesse de chacun s'accrût et les sourires vinrent peu à peu. Je pris cette décision sans même en informer les sorciers, et je crois qu'ils m'en voulurent un peu.

Lors d'un discours, je fus la cible d'une tentative d'assassinat par un naga armé d'un couteau empoisonné. Heureusement, une apothicaire fut appelée à temps et elle put concocter un antidote qui me remit d'aplomb. Le naga n'eût aucune chance, le peuple le mit en morceau et son esprit rejoignit les nombreuses autres âmes enfermées dans le Puit des Âmes.

Je reçus ensuite une délégation de sorciers venus exprimer leur mécontentement d'être ainsi exclu de la vie de la cité. Très diplomatiquement, je les ai alors informé que s'ils voulaient participer, il leur faudrait être présent. Je désirais un sorcier permanent délégué au palais comme...homme de liaison. Et je leur fit remarquer leur manque extrême d'hospitalité lorsqu'auparavant, j'ai daigné leur faire honneur de ma présence à la Tour. Je fâchais alors un sorcier de la grande famille des Mon-Ti, eux qui gardaient le palais auparavant en l'absence de Prince. Il m'agressa magiquement, mais je déjouais chacune de ses sorcelleries. Il fut mis en pièces par la garde, et je brûlais ses restes. Les autres sorciers rentrèrent prestement et envoyèrent Sarlon, un novice apparemment, qui me parut par la suite très compétent.

Après avoir rassuré le peuple quand à la venue des sorciers et la fumée noire qui s'échappait des fenêtres, je rencontrais Malar, un ami, qui m'informa des derniers mouvements de la colonie Nord, qui devint alors notre ennemie, car elle choisit de s'allier à Azuria.

Je voyageais peu après jusqu'à la colonie Sud, mon soutien le plus fervent en cette région hostile. La colonie était dirigée par Sensha, qui fut l'araignée compagne de ma mère. Ce serait presque ma tante. Là-bas, j'appris que la colonie avait été attaqué par nos nouveaux ennemis. Peu de pertes à déplorer chez nous, grandes chez eux. Mais ce jour avait tout de même vu de grands malheurs.
Sensha et les Anciennes déléguèrent à la protection de la ville et de ma personne un groupe de mandrakes dirigé par Lessien Surion, une sorte d'hybride araignée, héritière des anciennes et, comme je m'en doutais, l'une des filles de Sensha. Nous rentrâmes tous ensembles en ville.

Là-bas, je rentrais avec juste mes hommes, pour prévenir la population et et la garde que nous recevions un soutien contre nos ennemis et contre Azuria. Mon discours enflamma littéralement la foule, et les araignées furent bien reçues. Un peu froidement, mais je crois que les gens avaient surtout un peu peur.

Le palais fut désigné pour loger les araignées, qui creusèrent un nid au sous-sol.

Lila, ma cuisinière, entra sous l'emprise de la magna et prophétisa beaucoup d'informations quand à nos ennemis. J'en pris bonne note. Une rencontre avec les sorciers m'apprit que la colonie nord était supposée détruite après l'envoi d'un poison mortel là-bas.

Peu de temps après, je fus mis au courant par un grand hasard de l'existence des innommables, un regroupements d'hybrides elfes noirs/démons, bannis dans les marais non loin de la ville suite aux tragiques événements qui virent la disparition du précédent Prince, par les sorciers. Je décidais naturellement de lever le bannissement.

Je rencontrais dans les jours qui suivirent une assemblée de sorciers convoquée par Sarlon, pour entendre mes aventures et notamment mon approche des Dandelions. L'un d'entre eux en particulier présageait de bien mauvaises choses, il se faisait appeler le Maître des Sorciers Noirs, et j'appris peu de choses sur lui, sinon que son existence remontait à au moins avant l'arrivée des dragons. Il était très intéressé par les Sources. Je ne lui dis rien de plus là-dessus. Manque de confiance sans doute. En revanche, j'acceptais de leur montrer quelques artefacts récupérés là-bas pour qu'ils les étudient. Mais tout s'appelait "reviens".

Je m'en allais alors en Elwen pour y récupérer mes possessions. En revenant, je fis un saut à la colonie Sud, je voulais voir Malar. Délia, son araignée, me prit alors sur son dos et m'emmena loin au nord, dans le bois de la nuit. Là-bas, je savais ce qu'il y avait. Theleb K'aarna, le sorcier solitaire, son dragon de compagnie, et surtout, la colonie d'Aran, un banni lui aussi. Délia me mena à un cocon de soie. Nous fûmes alors attaqué par des araignées géantes, comme celles des colonies. Atteint par plusieurs jets de soie, je m'enflammais complètement. Libéré de mes entraves, je récupérais le cocon. Je sentais que mon pouvoir faiblissait peu à peu, je devais me dépêcher. Je courus vers la rivière en arrière. Une fois que plus aucune flammes ne brûlait autour de moi, elles lancèrent à nouveau leur soie, et je fus atteint au torse. Par chance, la rivière était là, et je plongeais dedans, avec le cocon. Nous fûmes emportés rapidement, et il était dur de respirer. Lorsqu'enfin le courant faiblit un peu, je m'échouait sur une berge pour me libérer de mes liens et ouvrir le cocon. Malar s'y trouvait bien, mais il avait déjà perdu la vie.

Je marchais résolument jusqu'à Elwen, où je dus très péniblement patienter chez le sorcier, que mon tour vint. C'est Léonce, l'alchimiste qui nous prit en charge. Elle se montra un peu plus compétente en tant qu'assistante temporaire du sorcier qu'en tant qu'alchimiste. Elle avait encore fait exploser son laboratoire.

Nous visitâmes un peu la ville avant de rentrer à la colonie Sud, où il retrouva avec joie sa compagne araignée. Nous repartîmes enfin vers Raukarth. Là-bas, nous prîmes un repas au Sans-Soucis, et la patronne, qui se trouvait être également la cheffe de la guilde d'assassins, me contacta pour me confier une petite mission. A Elwen. Je retournais à la Cité blanche le lendemain. J'y rencontrai Aléa, une peste, et la discussion se termina sur l'intégration à la guilde royale de la guilde raukarthienne. Il allait falloir que je m'occupe de cette histoire personnellement. Je profitais d'être à Elwen pour "emprunter" un grimoire au collège des arts magiques. Le scribe, un vulgaire encore, me donna une furieuse envie de donner des claques à quelque chose. La journée était particulièrement mauvaise. Déjà depuis le début de l'après-midi, j'étais remplit d'une certaine rancoeur qui laissa un sombre sillage dans la forêt raukarthienne. Je jurais de revenir lui exploser le crâne s'il m'avait trompé.

Je m'en retournais alors à la colonie sud, où j'y rencontrais les Anciennes pour discuter du Maître des Sorciers Noirs. Et aussi Virwil qui devint mon compagnon. Nous retournâmes tous les deux à Raukarth pour délivrer le message à la patronne du Sans-Soucis, et le grimoire à Sarlon, qui s'en montra aussi joyeux qu'un enfant à qui on offre un nouveau jouet.

La nuit qui suivit fut celle de la troisième tentative d'assassinat sur ma personne. Une elfe des bois un peu sorcière, elle n'avait sans doute pas toute sa tête. Je me jouais de son sort d'aveuglement avant de lui ôter, avec mon compagnon, la tête de ses épaules. Je dus faire appel à Sarlon pour faire parler sa dépouille, et elle m'apprit qu'elle était venu sur ordre d'Aurana, sa cheffe, qui m'accusait d'être la raison pour laquelle les araignées infestaient le bois de la nuit. Au matin, j'envoyais une très diplomatique gargouille messagère à cette Aurana pour décliner toute responsabilité. Et la prier de ne plus envoyer d'assassins à deux sous.

Au repas du matin deux jours après, je décidais de faire face à mon Cauchemar. Sorti victorieux, du moins ça ressemblait à une victoire, de notre confrontation, je le nommais Nastaras. Sauvage, capricieux plutôt, il déclara qu'il restait libre mais qu'il acceptait d'écouter mes conseils et demandes. C'était toujours ça de prit. Et au moins il allait pouvoir arrêter de m'empoisonner le sommeil.


Je soupirais en listant les nombreuses choses à faire encore. Les sorciers avaient des missions un peu folle qui leur passait par la tête.


----10 Yavië 770 :

Je ne sais s'il est important de noter ceci, mais lors d'une escapade, j'ai affronté plusieurs vampires et les ai massacré. Avec un autre aventurier, nous avons été donner notre avis au baron local, en écrasant la garde du château qui ne voulait pas nous laisser entrer. Finalement, nous avons exprimer à quel point il était inadmissible de laisser ses gens être ainsi utilisé comme réserve à nourriture. Il était tout à fait d'accord et l'allait pas renouveler cet accord avec les vampires.
Lorsque je rentrais, je fis un détour à la colonie sud. On m'apprit que Vyrwil était partir au nord pour retrouver Malar. Un brin agacé par l'initiative du duo, je décidais d'y aller aussi. Là-bas, j'appris que Malar avait été attaqué par les araignées de Theleb et qu'il avait perdu sa compagne à huit pattes. En pleine dépression, je fis de mon mieux pour le réconforter, mais surtout, je le rapatriais chez nous. En emmenant le clan elfe qui l'avait abrité et Vyrwil retrouvé. J'appris que la dirigeante du groupe n'était nulle autre qu'Auranna. Mais elle et son clan renoncèrent à leur allégeance envers Elwen pour se tourner vers Raukarth en échange d'un peu de terrain et d'une protection, en échange de services rendus. Un accord qui nous convenait à tous deux.

Grâce à leur présence, nous pûmes agrandir la colonie située sous le palais, d'autant plus que nous avions trouvé des araignées-tigres. Mon palais eût droit à une rénovation au passage.
Je découvris ma salle au trésor, remplie de monnaies étrangères et locales, d'objets magiques en tout genre et même de quelques objets maudits. Une grande coupe notamment irradiait de magie. Nous l'avons laissé là pour le moment.
Mais c'est là que je trouvai deux coffres remplis d'une nouvelle monnaie en vigueur dans ma cité, basée sur celle d'Elwen mais avec d'autres métaux et mon effigie dessus. Flatteur.

Plus tard, Vyrwil me mit au courant de ses problèmes de vue, un jet d'acide lui avait endommagé les yeux et il y avait perdu de ses compétences. Comme je ne pouvais décemment pas laisser l'un de mes compagnons avec un tel handicap, d'autant plus que c'était chagrinant, je lui promis qu'on allait voir quelqu'un qui pouvait l'aider. Et nous y allâmes. Une expédition droit vers les plaines gelées au nord du royaume, pour rencontrer Partialus Dandelion. Nous le trouvâmes sur les conseils et indications d'un elfe dont le clan se situait au bord des plaines. Et Partialus accepta de soigner mon compagnon. Mais nous lui seront redevables, nous a-t-il dit. J'en profitais de mon coté pour lui parler un peu du "Maître des sorciers noirs". Pour lui, il s'agissait peut-être d'un nanturii. Personnellement, je me suis dit que j'allais le rencontrer à nouveau pour discuter. Sur le retour, nous fûmes courser par un Arktos mais la rivière nous sauva. Nous lui échappâmes avant de rentrer à Raukarth.

Peu après cette aventure, le maître des commerçants de ma cité vint me voir lors d'un repas en ville pour me parler d'un conflit commercial avec Thithénalion. En effet, là-bas, des prêtresses s'amusaient à dévaloriser nos tissus au profit de ceux d'un autre elfe. Je m'y rendis. Personnellement.
Là-bas, je découvris qu'il s'agissait des vulgaires manigances du commerçant elfe qui jalousait notre succès. Je le molestais violemment pour qu'il accepte de laisser les prêtresses tranquilles, qui elles, n'avaient rien à faire à l'origine de ce conflit. Je le laissais à moitié mort aux bons soins de ces dames, satisfait d'avoir résolu le problème. Je rentrais donc chez moi.

Quelques jours plus tard, j'emmenais mon sorcier, Sarlon, en expédition au donjon Dandelion qui demeurait encore non fouillé. Ce ne fut pas aisé, mais nous traversâmes plusieurs niveaux avant de remonter avec nos butins. (voir résumer de l'expedition Ici)

Cela faisait un moment que Périn, mon page, m'avait parlé des gaz du marais, et j'étais persuadé qu'il y avait un moyen de l'exploiter. Je parlais d'un projet d'arme avec mon sorcier, qui accepta de m'accompagner pour un test. Nous récupérâmes du gaz, j'occupais les crocodiles pendant qu'il récupérait la substance, puis nous rentrâmes essayer. Je mis le feu à une mèche improvisée et laissais la fiole par terre. Nous nous tenions à quelques mètres de distance. L'explosion fut assourdissante, hautement désagréable. Les fragments de verre projetés ne touchèrent personne, mais Sarlon pointa le fait qu'avec plus de gaz et de matière, ça pouvait devenir dangereux. Ainsi décidâmes nous d'exploiter le gaz et de faire appel à un artisan local qui aura pour tâche de concevoir un conteneur sur mesure pour le gaz, avec une mèche efficace.

Récemment, je suis allé m'enquérir de l'état de la colonie nord, en personne, avec mes deux compagnons, bientôt princes consorts. Là-bas, une demi-araignée nous refoula, l'intérieur était dangereux à cause d'une surpopulation d'araignées. Il fallait attendre que le nombre d'individus diminue. Les elfes habitants avaient trouvé refuge dans le temple de la divinité locale des elfes noirs. Je les rencontrai, discutai et finalement, demandai la permission aux prêtresses de partir. Elles acceptèrent à la condition d'un pacte de défense mutuelle entre Raukarth et le temple. J'acceptai.
Sur le chemin du retour, nous dérangeâmes un dragon et je l'affrontai en enjoignant mes compagnons et les cinquantes autres elfes à s'éloigner. Je mis bien à mort la créature, mais l'un de ses crachats acides avaient emporté quatorze hommes, mon araignée et grièvement blessé l'un de mes compagnons, qui fut rapatrié auprès des sorciers de Raukarth. Avec le reste de la troupe, nous avons fouillé les environs pour trouver le trésor du dragon, je trouvai la clé, les hommes trouvèrent le coffre. Dedans, des armes, armures, selles de facture elfique, excellente et ancienne sans doute. Et un orbe magique. Je pris l'orbe, et nous nous chargeâmes en armes et armures.
Au final, ce sont une dizaine d'armes et six armures complètes que nous ramenâmes la première fois, plus l'orbe qui intéressa particulièrement mon sorcier. Je le gardai donc pour moi.
Deux autres allers-retours furent nécessaires pour ramener le reste des armes, des armures, des selles pour dragons, des lances très longues...
Je rendis visite à mon compagnon, les sorciers restaient assez confiants quand à leurs chances de le sauver. Ils avaient bien progressé et stabiliser sa respiration, notamment. Je pouvais sortir l'esprit un peu plus tranquille.

----33 Lossë 771 :

Vyrwil est sain et sauf, il est revenu à lui et est rentré au palais. Les sorciers ont bien travaillé.

Malar nous a présenté une nouvelle sorte d'araignées, inconnues jusque là. Elles semblent capable de projeter un venin extrêmement corrosif à plusieurs dizaines voir centaines de mètres. Je me demande jusqu'à quel point le venin est acide...

Nous avons installé une colonie dans les monts de la lune. Une dizaine d'elfes, un petit clan, ont tenté de nous interdire le passage. Ce fut un carnage. Aucun de nos colons ne fut tué, heureusement. Les araignées ont accueillit les elfes noirs.
Nous sommes allés à Elwen, pour y commander des corps de rechange pour nous trois. Le sorcier s'est montré particulièrement sadique. Vyrwil était prodigieusement énervé et lui a coupé une oreille pour la peine. Il ne refera pas le malin de sitôt.
Sur la route du retour, cinq gurauks ont tenté de jouer aux apprentis brigands. Impossible de les raisonner, alors nous les avons combattu. Deux sont définitivement morts, décapités et brûlés. Les trois autres ont prit la fuite. Partialus ferait bien de se montrer plus vigilant avec ses chiens.

J'ai enfin terminé de purger les égouts de la présence des tarkides. J'ai récolté un précieux échantillon de venin. Mortel, incurable. Il pourrait bien servir. Peut-être même contre les dragons.
Je suis entré et ressorti victorieux d'un donjon pour sorciers. Je crois que mes compétences magiques se développent bien. J'ai même récemment réussi à développer des techniques de télépathie.

Lila nous a enfin présenté notre fils, l'héritier du trône. Nous avons décidé de le nommer Iliá Mon, fils de Dae Mon, Malar et Vyrwil. Il a les yeux violets tirant vers le mauve bleuté. Je me suis assuré que son esprit était bien neuf, et pas encore une pourriture de divinité planquée.


----30 Sülaurë 771 :

Nous avons présenté notre fils au peuple, qui l'a bien accueillit. Le soir même, nous sommes allés à la colonie Sud, pour le présenter aux Anciennes. Sur la route, un trio d'imbéciles nous ont stoppé. Ils voulaient des preuves que mon fils était bien mon fils. Les preuves demandées étaient assez...barbares. Comme l'enflammer, faire couler son sang...Deux d'entre eux se sont montrés raisonnables quand j'ai mit leurs pensées à nu, avant même qu'ils n'ouvrent la bouche. Le troisième m'a traité de sorcier et a refusé d'écouter la voix de la raison. Nastaras s'est chargé de son cas, même si j'ai dû le retenir de tuer l'homme. Ce dernier ne se rendormira pas de sitôt. C'est trop effrayant.

A la colonie, nous sommes allés voir les Anciennes, qui ont eût du mal à tester Ilía. Le petit sait déjà dresser de féroces barrières mentales, et je le suspecte même d'avoir utilisé son don, ou la magie, à une reprise. Je suis fier de lui. Il fut validé comme mon fils et héritier, et nous avons put repartir sans encombres.
Un détail me chiffonne cependant, Dalaan, le précepteur des jeunes elfes noirs et un de mes parents l'a estimé comme une gène. S'il convoite le trône, il ne sera pas bien reçu. Même les Anciennes l'ont jugé trop vieux. Mais je ferais mieux de garder mes distances avec lui.

Sur le retour, Lila se sentait particulièrement mal, on s'est arrêté au Sans Soucis. On a prit une chambre, les autres sont rentrés, je suis resté avec mon enfant pour veiller sur elle. Au petit matin, elle se sentait mieux, on est rentré. J'ai eût l'occasion de revoir pendant...Dix secondes mon demi-frère. Toujours aussi chaleureux. Au moins cette fois-ci n'a-t-il pas lancé de goules sur moi.

On a une cuisinière remplaçante au palais. Une envoyée de la patronne du Sans-Soucis. Elle espérait pouvoir me cacher sa mission. Sa petite barrière mentale ne fut pas bien dure à percer. Elle devait s'informer sur les lieux, les relations entre les habitants du palais, leurs dons et leurs capacités...
J'ai hésité à la tuer. Je ne pouvais pas non plus la renvoyer. L'échec, dans la guilde des assassins, est puni de mort. Elle a tenté de s'enfuir, mais Lila l'a stoppé. Finalement, elle s'est rendue à l'évidence, elle était à la merci de tout le monde. Si elle fuyait, elle était morte. Si elle restait, elle devait faire la cuisine et renoncer à sa guilde. Sa famille aura une place dans la colonie sous le palais. Une immense colonie. Bientôt, elle rejoindra les autres, ce qui facilitera le chemin vers les colonies. Il faudra délimiter des frontières je pense.


----1 Talathaurë 771 :


Entre deux aventures, Sarlon m'a demandé de l'aide pour résoudre un problème avec l'un de ses amis. Il est immortel. Au début j'ai eût du mal à saisir pourquoi c'était un problème. C'est en voyant Velan que j'ai compris. Son esprit ne pouvait pas quitter son corps, qui ne mourrait jamais vraiment, mais qui se desséchait pourtant. On a enquêté sur les origines de cette malédiction, elle remonte à un jour, il y a des siècles de ça, où il a remplit une commande pour le maître des sorciers, le nanturii de la tour. On s'est rendu à la tour et j'ai glissé au nanturii qu'il avait oublié quelque chose. Il a tué définitivement Velan, comme celui ci le souhaitait.

Lila a décidé de passer les épreuves pour être officiellement reconnue comme une sorcière. Sarlon ne dort plus depuis, il cherche à savoir où elle est et lui venir en aide sans succès, il ne l'avouera jamais, mais il l'aime bien. Même plus que bien. Ilía ne cesse de la demander, elle lui manque. J'espère qu'elle s'en sortira.

Le temple des prêtresses-araignées a été attaqué par un amphisbène géant. Je ne sais pourquoi mais on m'a télépathiquement demandé d'être au temple, au moment précis de l'attaque. J'ai foudroyé le monstre. Il ne reste que deux prêtresses en vie. Elles vont demander aux colonies de leur donner des araignées et leur compagne pour une sorte de rituel ou je ne sais, qui fusionnera les deux en un. Il faut que je demande à Malar des précisions sur ça. Après avoir consulté le passé, il m'est apparu que le coupable est un dracosire noir, c'est lui qui a amené l'amphisbène. Mais ce n'était pas Khârn, c'était...plus gros. Un jour, j'aurais assez de puissance pour éliminer ces vers un par un.

L'autre jour, on a intercepter des assassins Azuriens chez les gnomes. J'en ai convaincu un de renoncer à Azuria pour venir vivre dans le royaume. J'aimerais bien voir comment il va s'adapter ou bien s'il va rechuter et retourner en Azuria. Apparemment je vaux 500 000 démons, je suis la deuxième plus grosse prime dans le royaume. Il y a une cinquantaine de types de démons si on compte les hybrides, une douzaine de pures. Les seigneurs démons sont les plus forts et le plus ancien maîtrise même plusieurs dons. Il les a pris sur les restes sanglants des autres seigneurs qu'il a vaincu et dévoré. Pour rien au monde je ne mangerais un autre démon. Les métamorphes sont étranges en tout cas. Leur esprit est aussi élevé que celui de n'importe qui, mais ils arrivent à en avoir une grande maîtrise. Vide, gris, plat, lisse, mollusque. Une parfaite neutralité, aucune pensée parasite. Et aucune place pour les émotions et les sensations. D'ailleurs ils ne ressentent pas le froid ni le chaud, ne dorment pas, n'ont pas de squelette, sont froids et mous...


----15 Yavië 771 :


Lila est revenu de la Tour, elle est officiellement une sorcière. Ilía est content de la retrouver, comme tout le monde. Elle n'est plus dépendante des cristaux magique. En fait, elle travaille même dessus ainsi que sur la poudre de cristaux. Les cristaux génèrent la plupart du temps une simple dépendance, très pénible mais curable. La poudre en revanche se révèle, à la longue, mortelle. D'après ce qu'elle m'a expliqué, la poudre reniflée se dépose dans l'organisme, à l'intérieur du corps, et en perturbe le fonctionnement, par exemple en diminuant les capacités respiratoires. Je l'ai interrogé sur la magie à l'état liquide, mais elle n'en a jamais vu et ne sait pas ce qu'il pourrait se produire.

J'ai promis à des citoyens de leur venir en aide. Il s'agit d'un groupe de trois frères et soeurs. Ils m'ont apprit que leurs parents étaient décédés et qu'il fallait décider de qui serait l'héritier. D'après eux, ça devrait être leur frère aîné. Mais il ne vit pas en ville. Ils m'ont indiqué où le trouver, et je suis partit avec Malar, sur une araignée géante. Nous avons finit par atteindre la maison. Un jeune humain fait office de domestique. Ses maîtres, Oïra et Altoïra se sont présentés. J'ai apprit au maître de maison la nouvelle de ses parents, il lègue la maison à sa fratrie.
Le duo m'a apprit qu'ils menaient des expériences sur les humains visant à allonger leur espérance de vie. La nuit durant, je me suis faufilé psychiquement dans la quasi totalité de la maison pour...Me renseigner. Ils ont effectivement travaillé sur plusieurs générations d'humains. Les premières ne vivaient pas longtemps, moins d'un demi-siècle. Altoïra espère que le jeune humain domestique atteindra le siècle. Cette femme elfe est d'une redoutable puissance, au moins autant que moi. Son compagnon en revanche me semblait plus...normal. Je pense me renseigner un peu plus sur cette femme, ses origines et surtout comment elle a développé ses pouvoirs. Moi-même, je n'ai découvert la télépathie et la projection psychique que très récemment. Quelque chose me dit qu'elle est bien plus âgée qu'elle n'y paraît.

Sur le retour, nous avons fait escale à la colonie des monts de la lune. Là, un prêtre araignée avait élu domicile, sans me demander ne serait-ce que mon avis. Nous partîmes au temple. D'après les prêtresses, son existence était un outrage aux lois de la déesse araignée. Cette dernière met beaucoup les principes féminins en avant. La fusion par exemple est une affaire de femme uniquement, et l'hérésie que représente le prêtre araignée ne devait être traité que d'une manière. J'y retournais donc et incinérait le prêtre d'un revers de main. Un juste châtiment pour m'avoir mentit. Une fois ses hurlements éteints, je descendis dans la colonie. Il avait mutilé l'Ancienne pour lui dérober la capacité à ordonner à la colonie. Je me projetais psychiquement dans le corps d'une araignée consentante pour apprendre à sentir, ressentir et vivre ce qu'une araignée peut vivre au travers de ses sens. Armé de mes nouvelles connaissances, je reconstruisis le corps de l'Ancienne. Une semaine, elle m'avait demandé une semaine avant de renvoyer quelques colons elfes, le temps qu'elle reprenne le contrôle de son antre.

Les prêtresses furent ravies d'apprendre la mort du prêtre infâme. Le clan elfe des monts de la lune me confia un de leur jeune. En échange d'un cessez le feu avec la colonie, ils exigeaient que soit formé ce garçon aux arts de la forge. J'ai accepté. Je le confierai à l'un des forgerons, ils se débrouilleront ensembles.
Je me suis découvert de nouvelles envies, celles d'expérimenter la vie au travers de corps étrangers au mien. Animaux, autres elfes, démons, nains...Mon appétit de savoir allait pouvoir se sustenter grâce à l'infinité d'expériences qui se profilaient.


J'ai également fait l'acquisition de quelques terres, de façon officielle. J'ai gagné les actes de propriété des Terres de FrancheGribouille et de Marcquesseins. Ça se situe plus ou moins entre les Monts de fer et Raukarth. A la tête de mes nouvelles terres, je plaçais un jeune humain qui m'était redevable. Je savais qu'il allait être loyal. Et son frère accepta de renier son engagement envers le royaume pour rester proche de son frère. Il accepta de se placer sous le protectorat de Raukarth.
Des humains sont également venus me demander s'ils pouvaient établir des villages entre Menneval et Raukarth. Un seul, je donnais mon autorisation pour un seul. Je n'ai rien de particulier contre les humains, mais il était hors de question qu'ils infestent mes terres. Ma cité restera aussi pure que possible. J'aimerais éviter la batardisation avec des races étrangères.

Mon fils grandit vite. Très vite. L'influence de la considérable magie à laquelle il a été exposé, depuis sa création jusqu'à sa naissance. Il est déjà télépathe et son esprit a cessé de n'être qu'un brouillard émotionnel. Je regretterais presque le temps où j'incarnais pour lui quelque chose de lumineux, de chaud et de réconfortant.



----3 Sülaurë 772 :


Les choses avancent à leur rythme. Les humains de FrancheGribouille et Marcquesseins ont accepté de faire comme je leur ai dit. Plus de cultures, la création d'une milice locale, attirer des voyageurs pour qu'ils s'établissent là, notamment des marchands...Dans peu de temps, on essaiera de détruire le champ d'herbes hautes pour rendre la zone apte à être cultivée à nouveau.

Le village dont j'ai accepté la construction, entre la Patteloie et Raukarth avance bon train. En fait, il est pratiquement achevé. Les gnomes ont évidemment essayé de nous rouler, soit disant il faut un délai supplémentaire, qui sera facturé, et ceci et cela...Ces idiots l'avaient déjà prévu dans le contrat d'origine, nous n'avons rien à payer de plus. Étonnamment le chantier à repris de plus belle.

J'ai trouvé Askifirt. On s'est mit d'accord, je le cache, il est gentil (il a même soigné des blessés). Il m'accorde un peu de pouvoirs, au travers de pierres rouges "détonantes", je l'aiderai à une occasion, quand il le demandera. Je vais devoir gagner encore en puissance si je veux pouvoir lutter. Je vois déjà sa demande grosse comme ça.

Dathan, c'est ainsi que se nomme le nanturii de la tour. Aran n'a pas cherché à cacher son nom. Mais quel caractère.
Un jour j'ai emmené Ilía à la Tour, il voulait voir. Il n'aime pas du tout Dathan. Lequel a montré un grand intérêt pour ses capacités. Je lui ai répondu "On verra" lorsqu'il a exigé que je le présente en temps et en heure au conclave pour qu'il soit testé.
Le nanturii m'a également demandé de veiller sur ses sorciers, un peu comme il le fait. Il n'a pas le temps de s'occuper de toutes ses expériences. J'y ai vu une opportunité de gagner en influence. Et j'ai exigé quelque chose. Un symbole, un objet qui indique mon rang, si l'on peut dire. Je m'attends néanmoins à ce qu'il soit enchanté d'une drôle de manière, une manière déplaisante. Il va de soi que je ferais attention.

Je compte mener une troisième expédition dans la tour dandélion. Cette fois ci, j'emmènerais une poignée de sorciers avec moi. Le but est de faire un peu de récupération. Nous y avions laissé une quantité incroyable de pierre bleue et de cristaux magiques. J'ai un petit projet qui demanderait bien cela. Et il y a peut-être encore de nombreux trésors cachés. Sans parler de la technologie. Mais ça, Dathan veut que je la lui remette sur le champ pour qu'il la détruise. "Gnia gnia gnia vous n'êtes pas prêt pour ça". C'est leur faute a laissé traîner leur bazar.

On a noué relations et liens avec les clans d'elfes des plaines. Ils ont accepté de nous rejoindre, je veux dire, moi plutôt qu'Elwen. Il faut vraiment que je me débarrasse de ces fichus insectes géants. Ils causent des dégâts partout.
Partir des plaines pour trouver la colonie des mantides pourrait être un bon départ.

J'ai frôlé la catastrophe. Je cherche un moyen de séparé Périn de sa compagne depuis un moment. Je me suis presque fait prendre. On va changer de méthode.

Quant à mon garçon, mon cher fils...Il a un sacré caractère. L'autre jour il a fait explosé le laboratoire des sorciers. Et ensuite n'a pas voulu s'excuser. Pire, il m'a sorti un "T'as qu'à le faire toi.". Ni une ni deux, je l'ai prévenu des conséquences et lui ai montré que j'ai de quoi le mâter. Il ne faisait plus le fier. Et a accepté de fiche la paix à Lila et Sarlon. C'est toujours ça de gagné.
Il se déplace à quatre pattes, bientôt debout. Mais il est adorable. J'ai l'impression qu'on est de plus en plus proche. Je joue avec lui, j'arrive à le faire rire, je lui raconte des choses sur la ville et notre famille...



----29 Lothaurë 773 :


Après une certaine période de calme, quelques événements sont arrivés. D'abord, mon fils a décidé d'avoir une entrevue avec l'Ancienne de la colonie sous le palais. Il aurait aimé grandir plus vite, mais comme elle ne pouvait le lui offrir, elle lui a proposé d'endormir les zones de son esprit développées trop tôt. Il a accepté. J'ai retrouvé mon mignon bébé. Il retrouvera petit à petit ses facultés, l'important c'est qu'il grandisse comme n'importe qui d'autre et sans en souffrir. Lila m'a enseigné quelques trucs de parents.

Périn est parti, avec sa compagne. Ils ont rejoint Marcquessein pour gérer le développement directement sur place. Au début je pensais qu'ils me fuyaient. Il est trop tard pour que je me débarrasse d'elle, j'ai tenté mais ça n'a mené à rien. Malar s'en est emmêlé et, sans découvrir que j'étais l'instigateur de leur séparation, m'a fait tout réglé. Et dire que j'aurai tout simplement pût la précipiter du haut de la colonie. Je ne sais pas ce qui m'en a empêché. Aujourd'hui, elle attend un enfant. Enfin elle l'a repoussé d'au moins un an, mais...C'est ainsi. Il est trop tard. Non ?

J'ai recommencé à m'entraîner comme un guerrier normal. Il le faut, je me suis rendu compte que mon agilité laissait à désirer. Mais j'arrive encore à battre Vyrwil. En trichant un tout petit peu. J'ai quand même vaincu Silughar, un guerrier plutôt âgé, très adroit, un naga. J'ai eût du mal à me faire à son physique différent, qui lui conférait des possibilités surprenantes. Mais j'ai réussi.

La guilde obscure m'a mis au courant de l'existence de quelques dissidents issus des bas quartiers. Et je comprends pourquoi, là-bas, ils n'ont pas d'argent et à peine de quoi subsister. Je l'ignorais. Alors je ferais un geste pour eux.

J'ai fait l'acquisition d'une mine plus récemment. Je ne sais pas encore ce qu'on va pouvoir en tirer.

Je force un peu la guilde des marchands à m'inclure dans leurs affaires. J'ai notamment demandé un compte rendu d'absolument tout ce qu'il se passait de notable en interne, comme les histoires de corruptions ou de trafiques illégaux. De toute façon, ils ne pourraient pas repousser ma curiosité.
Et ils vont importer de la nourriture pour les pauvres. A contrecoeur peut-être, mais ils le feront. Je leur ai fait comprendre qu'autrement, des têtes tomberaient.

J'ai fait la connaissance d'un félis sans nom. Alors je l'appelle "Le Chat". En échange d'un peu d'or, il est en quelque sorte un informateur de Ma Princièreté. Et j'ai notifié la garde de bouter tous les félis hors de la ville. Tous sauf Le Chat. Il est utile.
Par exemple, il a trouvé une tablette constituant une preuve de la corruption de l'ancien préfet des marchands, lequel s'est livré à un trafic de calices avec le "maître des anciens". Une saleté de vampire. Mercutio n'a prit aucun risque, il a décidé de m'acheter. Je n'ai pas beaucoup aimé ça mais je me dis que j'ai sauvé la vie de quelqu'un, un elfe. Depuis quand je me soucie autant de la vie d'un parfait inconnu dont le destin était d'être un casse-croûte ? Je crois que mon assurance diminue un petit peu. J'ai besoin d'éprouver à nouveau la sensation d'être puissant, plus puissant que n'importe qui d'autre. Pas par le biais d'un peu de télépathie mais par un véritable étalage de mes capacités. Mais il va m'en falloir plus. Je dois chercher de nouveaux pouvoirs.



----8 Yavié 773 :


Après réflexion...On a laissé tomber le boutage des félis. Les gardes n'arrivaient pas à faire la différence avec de vrais chats, ça a causé quelques incidents.

La Trinité a tenté de détruire un village et faire s'effondrer la falaise qui accueille le temple d'Askifirt. Avec un groupe de sorciers on a réussi a protéger le village grâce à un dôme protecteur. Ensuite je suis allé chercher Askifirt du coté des excavations. Je l'ai aidé à sortir un jeune prêtre en transmutant la boue en sable. Le dieu m'a demandé de veiller sur lui pendant qu'il éloignait la cité volante. Tout s'est bien terminé.

J'ai mené quelques missions en tant que chef de troupes. La première...Ne fut pas terrible. Les autres, bien meilleures. Notamment, on a dû affronter un dracosire qui exigeait que les excavations de la falaise prennent fin, sur ordre des Karmike. Cet idiot a crû que j'allais me plier à ses ordres comme un vulgaire laquais deux-pattes ? On l'a pris d'assaut, je surveillais le moment où il tenterait de nous souffler dessus. Quand ce moment arriva, j'ai simplement isolé sa tête dans une bulle hermétique. Je crois qu'il s'est cramé la gueule et les entrailles par retour de flammes. C'était beau. On n'a pas eût à déplorer de pertes.

Lors d'une autre mission, on a conclu une alliance avec les Amazones. Elles pensent garder leur indépendance. Visiblement, elles me sous-estiment.
On a ramené en même temps un satyre bizarre. Apparemment c'était un humain, mais il a été transformé. On n'en sait pas beaucoup sur lui.

Plusieurs démons ont encore tenté d'infiltrer la ville. Ceux ci ne sont pas repérables par les araignées, où alors elles n'ont juste pas reconnu leurs odeurs. Ils ont été chassé. Les humains ont été mis en alerte également, au cas où les azuriens chercheraient à se réfugier là-bas.

En parlant des humains, Périn m'a dit que s'il avait un fils, il l'appellerait PérinDae. J'ai rigolé. C'est évidemment une façon de me rendre hommage. Et puis...C'est pas pire que MonTi.

Malar a fait confectionné une tenue selon les indications d'Askifirt. J'ai été surpris qu'il m'offre ça. Evidemment, ce cadeau n'est pas un acte de pure bonté, désintéressé. Il m'a dit qu'elle me servirait quand la Trinité reviendra, avec la cité volante. Dommage, l'espace d'un instant j'ai presque crû qu'il commençait à se faire à la vie de mortel, la proximité avec les autres...Mais non. Il est toujours aussi...Solitaire ?

Je me suis rendu au village des bannis, au marais. Pas une âme qui vive. Juste une saloperie de vampire.
Après un visionnage du passé du village, j'ai découvert que c'est un adorateur de cette vampire qui a tué les derniers habitants, comme offrande. Quel dommage pour lui, j'entendais tout ce qu'il disait. Celui-ci n'aura pas voler sa punition. La dernière leçon qu'il aura apprise : il n'a pas d'abri sûr contre ma colère. Sa vie s'est achevée dans les flammes. Quand à la vampire...Elle a prit la fuite. Mais je lui ai clairement fait savoir que si je la surprenais une nouvelle fois sur mes terres, ce serait son tour.
L'orbe du dragon me permet de m'affranchir des distances, c'est véritablement un outil de puissance. Il va bientôt falloir que je le recharge...

Vyrwil a céder sa place de commandant de caserne au chef des nagas. Maintenant il sera presque tout le temps au palais. Il va gérer la diplomatie, la représentation de la principauté à l'étranger, les courriers...
D'ailleurs, il a commencé avec Arcadia. Il leur a demandé d'arrêter de nous demander des troupes et leur a assuré qu'on allait s'occuper de notre frontière, au nord-est. Il les a également informer de notre alliance avec les clans des forêts et la vassalisation des elfes des plaines et des humains de l'ouest. Evidemment, le royaume a été fort ravi. Mais il a quand même voulu nous grignoter du terrain. J'ai brûlé les cartes qu'ils ont fait. Vy' a trouvé ça peu diplomatique mais pas étonnant de ma part.

Du coup il va prendre mon bureau, et moi je vais m'en faire faire un par les araignées. Malar s'est attelé à la tâche avec empressement, dès le lendemain matin en fait, la salle était creusée. Il ne restait qu'à la meubler comme je voulais. Avec des meubles en nacre, histoire d'en imposer un peu.

Vy' a fait envoyé de nouvelles cartes, cette fois ci, nous leur montrons quelles terres nous avons. Arcadia accepte si on les laisse étudier nos araignées. Une nouvelle fois, je me suis dressé contre. Vy' n'était pas très chaud au départ mais je lui ai démontré que le royaume ne pouvait qu'accepter ce qu'on leur exigeait. Et en effet, ils ont accepté.


L'Assemblée des Rois va se dérouler prochainement. Je dois y être présent.



Avatar du membre
Daemon
Arquen Arcadia
Messages : 1441
Enregistré le : Mar 8 Sep 2015 19:13
En ligne/Hors ligne : Hors ligne
Localisation : Raukarth
pv : 81
pm : 350+55
caracteristiques : C: 71+5
T: 20
D: 50
I: 80
competences : -Maîtrise arme à 1 main : épée courte/sabre +10C
-Maîtrise arme à 1 main : Épée longue C
-Maîtrise arme à allonge : Trident +10C
-Maîtrise arme de guerre : Hache C
-Parade +10 C
-Coup puissant +10 C
-Maître d'Arme (+10C/T)
-Combat à mains nues C
-Natation C
-Charge C
-Port d'armure de plate
-Tir à l'arc T
-Esquive +10 D
-Monte D
-Pyrotechnie +6 I
-Commandement +10I (un suivant PNJ/1 familier)
-Raukarthien (lire/écrire)
-Langue Araignée I
capacites : -Ouïe d'elfe
-Vue d'aigle
-Résistance aux intrusions psychiques
-Lèche flammes I 30DGs+5/tr
-Réverbération de la chaleur -30DGs
-Tatouage avant bras gauche +5C
-Torche humaine protection 6DGs +5DGs/tour Daemon
equipements : Drepart 3d6+9, sceptre de Raukarth +50 PM

2 pierres chromatiques (rouge et noire) +2CTDI +4 dégâts -2 dégâts subis, pendentif onyx -1 dégât subi, bague bejofa +5D, karkion +5I, ceinture de Haute Vertue +5I, bracelets de protections 20 structure / encaissement 5 dégâts, respirateur aquatique (boucle de nez), Anneau de protection +6, anneau de dégâts +2, anneau de magna +5
bottes en peau de dragon (-9 dgs de feu), pendentif de sorts, pendentif de la Succession,

matériel d'aventuriers
Armure de cuir rouge

Balise Gargouille
Race : Elfe
Classes : Guerrier
Participant x 1

Re: Journal d'un dirigeant

Messagepar Daemon » Sam 26 Aoû 2017 15:54

mis à jour


Retourner vers « Raukarth »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron

Fashion Roll, l'illumination de votre roller by Proto vous propose des roues de roller à led, lacets à led... rendez vous sur le site https://www.fashionroll.fr